Que savoir avant d’acheter un bien immobilier à l’étranger ?

Investir dans un bien immobilier à l’étranger peut être une opportunité tant pour la fiscalité que pour la rentabilité de ce dernier. Toutefois, un tel achat ne s’improvise pas. Plusieurs éléments sont à considérer afin d’éviter les pièges et de ne pas se faire avoir. Voici à travers quelques points que vous devez vérifier avant d’acheter votre bien immobilier à l’étranger.

Se renseigner sur la fiscalité du pays

Avant d’acheter un bien immobilier à l’étranger, la fiscalité est un élément important à prendre en compte. Vous ne devez en aucun cas faire l’impasse sur tous les aspects fiscaux de votre achat. En effet, les tarifs des taxes immobilières varient d’un pays à un autre et peuvent connaître d’importantes fluctuations dues notamment aux droits d’enregistrement.

Outre les taxes immobilières, il est important de s’intéresser à la convention fiscale entre le pays de destination et le vôtre. Elle est un accord bilatéral et interétatique conclu entre les deux pays dans le but d’octroyer des avantages fiscaux à leurs ressortissants. Il s’agit donc d’un dispositif mis en place pour inciter aux investissements immobiliers transfrontaliers notamment pour des immeubles destinés à la location.

L’avantage majeur de ce dispositif fiscal est l’évitement de la double imposition. Autrement, en absence d’une telle convention, vous serez imposable aussi bien dans votre pays que par la contrée étrangère dans laquelle vous avez réalisé votre investissement.

Il est donc capital de se renseigner sur l’existence d’une telle convention bilatérale entre les deux pays. Si tel est le cas, le dispositif vous indiquera dans laquelle des deux nations vous devez faire la déclaration de vos revenus locatifs et payer vos impôts.

Se rendre dans le pays d’acquisition

Se rendre sur place, voilà ce que requiert le bon sens, mais que très peu d’investisseurs appliquent. Évitez de vous fier à la beauté d’un bien immobilier présenté sur un catalogue ou à une publicité qui vante ses atouts. Même si vous êtes directement approchés par le biais d’une invitation privée dans un grand hôtel autour d’un cocktail (une technique souvent employée par les agences immobilières), ne vous précipitez pas pour conclure un achat.

Il est primordial de se rendre sur place pour récolter un supplément d’informations. Ceci vous permettra d’avoir une idée sur la qualité du bien immobilier, sur le contexte politique du pays étranger et sur d’éventuels conflits ou nuisances à craindre. Cela vous permettra également d’entrevoir les perspectives de votre investissement. Est-il susceptible de prendre de la valeur à moyen ou à long terme ? Autant de questions auxquelles vous aurez les réponses une fois sur place.

Se renseigner sur les droits applicables et la législation du pays

Les droits appliqués sur l’acquisition des biens immobiliers diffèrent d’un pays à un autre. Dans certains pays, il n’est pas possible en tant que personne physique et étrangère d’effectuer directement un achat foncier. La Thaïlande en est la parfaite illustration. Dans ce pays, si vous êtes propriétaire de la maison, vous ne l’êtes pas pour le terrain, ce qui pourrait causer d’énormes difficultés à la revente.

Il est important de vérifier que les biens immobiliers disponibles ne sont pas assujettis aux lois spécifiques notamment dans les pays arabes. En effet, les biens qui obéissent à ces réglementations ne peuvent être achetés que par les ressortissants de ces pays. En Tunisie par exemple, l’acquisition d’un bien immobilier doit requérir l’autorisation préalable d’un gouverneur.

Renseignez-vous sur les modalités de vente. Si en France l’acte de vente doit être signé auprès d’un notaire, en Espagne par exemple, il doit être rédigé forcément par un avocat. Ce n’est qu’après cela que l’acte de vente peut être enregistré auprès d’un notaire. Vous devez donc vous renseigner en profondeur sur les droits applicables avant de procéder à un achat immobilier dans un pays étranger.

Faire attention aux offres de prêt pour financer son achat

Il est important de bien décrypter les offres de prêt proposées sur place. Il faut savoir qu’en l’absence d’une convention fiscale, un emprunteur étranger est moins défendu par de nombreuses législations. Soyez donc prudent lorsqu’il s’agit d’un emprunt à taux variable ou fixe. Faites également attention au taux de change qui peut vous être défavorable selon les pays. Une alternative intéressante est de s’adresser à une banque de votre pays d’origine qui dispose d’une filiale dans le pays d’acquisition.

Acheter un bien immobilier peut s’avérer être une très belle affaire. Cependant, attention aux nombreuses publicités qui promettent des prix revus à la baisse sur des immeubles de rêve ou d’autres biens de grande valeur. Si l’offre vous semble trop belle pour être vraie, abstenez-vous ou assurez-vous d’obtenir toutes les garanties nécessaires. Méfiez-vous également des promesses de revente trop intéressantes sur un laps de temps court.

En définitive, la première chose à faire avant d’acheter un bien immobilier à l’étranger est de se renseigner sur les prix des droits d’enregistrement. Ensuite, il faut s’assurer qu’il existe entre les deux pays une convention fiscale et porter une attention particulière sur le droit applicable. Le recours à un professionnel peut s’avérer très bénéfique dans votre processus d’achat de bien à l’étranger.


Shares