Quelles sont les assurances obligatoires pour un prêt immobilier ?

Accès rapide

Il est important de comprendre les coûts dont vous serez responsable lorsque vous achetez une maison avec un prêt immobilier. Une de ces dépenses pourrait être l’assurance prêt immobilier. Cette dernière réduit le risque pour le prêteur qui vous accordera un prêt, ce qui vous permet d’obtenir votre prêt immobilier. En règle générale, les emprunteurs qui versent une mise de fonds inférieure à 20 % du prix d’achat de la maison, devront payer une assurance hypothécaire. Nous vous montrerons à travers notre article les assurances obligatoires pour un prêt immobilier.

L’assurance décès, une assurance obligatoire pour un prêt immobilier

L’assurance décès est obligatoire pour un prêt immobilier, ou assurance de protection hypothécaire, fait référence à un ensemble de produits d’assurance conçus pour payer le solde impayé de votre prêt hypothécaire si vous décédez. Cette couverture est souvent offerte par votre banque ou votre prêteur hypothécaire, mais vous pouvez également y souscrire auprès d’assureurs non affiliés. Étant donné que tant de parties offrent une assurance-vie hypothécaire, la structure et les avantages peuvent varier considérablement. Les polices d’assurance-vie hypothécaire ont une période de couverture déterminée, généralement de 15 ou 30 ans. L’assurance décès hypothécaire offre une couverture quasi-totale avec une souscription minimale. Il n’y a souvent aucun examen médical ou échantillon de sang requis, et peut être une option d’assurance précieuse pour tout propriétaire ayant de graves problèmes de santé préexistants. Aussi, avec une police d’assurance décès hypothécaire en place, les héritiers n’auront pas à s’inquiéter ou à se demander ce qui pourrait arriver à la maison familiale. Si un titulaire décède ou tombe gravement malade au point d’être incapable de travailler, l’assurance décès remboursera la totalité du prêt hypothécaire.

Assurance chômage, une assurance obligatoire pour un prêt immobilier

En termes simples, l’assurance chômage hypothécaire remboursera votre prêt hypothécaire, si vous êtes mis à pied ou congédié sans motif. Le but est de garder votre maison hors de la forclusion pendant que vous cherchez du travail, la situation économique étant instable, il est important, voire obligatoire d’y souscrire. Toutefois, vous ne pourrez probablement pas percevoir un centime, si vous êtes renvoyé pour mauvaise conduite. Et dans la plupart des cas, vous ne pouvez pas l’obtenir si vous êtes travailleur indépendant. Associer cette assurance à d’autres moyens d’étirer votre budget familial pourrait contribuer à préserver l’avenir financier de votre famille. En règle générale, vous pouvez obtenir cette couverture en tant qu’avenant à votre assurance prêt immobilier, bien qu’elle puisse également être proposée en tant que police commerciale complémentaire par l’intermédiaire d’un courtier. Cependant, il existe des situations que l’assurance chômage ne peut pas couvrir, notamment :

  • Lorsque vous démissionnez ;
  • Lorsque votre CDD expire ;
  • Lorsque votre période d’essai se termine ;
  • Lorsque vous êtes mis partiellement au chômage.

Assurance habitation, une assurance obligatoire pour un prêt immobilier

Votre propriété est la garantie du prêteur hypothécaire sur le prêt. Il est donc naturel qu’il soit obligatoire de souscrire à une assurance habitation, pour garantir à l’organisme prêteur que le bien immobilier est couvert contre les potentiels sinistres. Par exemple, les endommagements encourus lors d’un incendie ou d’une inondation, ou encore, dans le cas d’un vol des biens. Ainsi, si votre maison est financée par un prêt immobilier, votre prêteur peut vous demander d’avoir une police d’assurance habitation standard. Vous devrez fournir des documents attestant que vous avez souscrit une couverture adéquate. Les prêteurs peuvent également vous demander de les nommer titulaires de privilège. Cela vous protège, vous et le prêteur, puisque vous avez tous les deux quelque chose à perdre, si quelque chose arrive à la propriété. Un prêteur qui est souvent une banque, prend un risque lorsqu’il accorde un prêt à un acheteur de maison. Pensez-y, si vous versez un acompte de 20 %, la banque est responsable de 80 % de la valeur de la maison. Jusqu’à ce que vous remboursiez le prêt, le prêteur reste techniquement le propriétaire, du moins en termes de responsabilité financière. C’est pourquoi les prêteurs font ce qu’ils peuvent pour s’assurer que leur participation dans une propriété est protégée.


Shares